Standby France-Italia

Bonjour,

 

Etant très occupé ces derniers temps, le blog est en standby pour le moment. Cependant vous pouvez me contacter à l’adresse suivante touboul.laurent@gmail.com pour toute demande – commentaire ou proposition si besoin est.

En espérant pouvoir poster de nouveaux articles prochainement.

Bien Cordialement,

Laurent 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

S.Berlusconi: la conférence de presse,mode d’emploi!

Il Cavaliere a de nouveau donné du grain à moudre aux journalistes à l’affut du moindre petit sacandale ou buzz à se metrre sous la dent. En effet, Silvio Berlusconi, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci dessus, quitte la conférence de presse commune (Italie-Espagne), et  laisse seul sur l’estrade Jose Luis Zapatero pour répondre aux questions des journalistes espagnols. Or, le protocole ne prévoyait pas un tel scenario: les deux chefs d’état devaient quitter ensemble la conférence de presse, puis, dans un second temps, Zapatero, seul, serait revenu pour répondre aux questions de la presse ibérique.

« Protocole rompu », « Mauvaises manières », « Berlusconi abandonne Zapatero », « La gaffe de Berlusconi ». Autant de titres parus dans la presse française et dans la presse italienne dite de gauche. D’autres médias italiens plus neutres ou  pro Berlusconi admettent une erreur dans le protocole mais indiquent tout de même que cette rencontre entre les deux dirigeants s’est déroulée de la meilleure des manières, chose que la presse qui accable aujourd’hui « Il Premier » ne mentionne pas…

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

De Rome à Paris: Info spectacle, clichés et lieux communs

Que retiendra-t-on de l’info « politique » française et italienne de ces derniers mois?

On peut déjà répondre à cette question sans prendre aucun risque: les scandales! Et oui, cette année encore les médias français et italiens  auront  alimenté plus que de raison la rubrique « politique-spectacle ».


Du divorce de Silvio Berlusconi causé par ses frasques avec des « escort girls », du fait qu’il ne se soit pas rendu à l’anniversaire de sa fille (événement primordial concernant la pérennité politique du pays), en passant par le coup de la statuette milanaise, show en live diffusé en boucle sur nos écrans, jusqu’à la vraie fausse rumeur concernant les liaisons extra conjugales du couple Sarkozy-Bruni, relayées ou non par Rachida Dati… Que d’analyses, d’infos, de débats importants à l’heure de la crise mondiale!






Attention, le procès ici fait aux médias ne veut pas généraliser le comportement de plusieurs journalistes,canards et autres chaînes de télévision qui exploitent à fond le rentable filon de l’info-spectacle. Cependant, il conviendrait de privilégier le fond à la forme, de quitter les terrains du lieu commun pour explorer celui de la réelle analyse.

Le 11 juin prochain, la coupe du monde de football en Afrique du Sud prendra le relais de cette info spectacle, et l’on parlera alors beaucoup plus de Domenech,Lippi,Henry ou Buffon que des sujets moins légers…

Voici un petit aperçu des clichés français vu par le blog italien de Daniele Sensi :

L'Europe vue par les français

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

« Domenech, le meilleur pour la fin! »

Raymond Domenech, à l’occasion de sa dernière liste et en vue de son ultime compétition à la tête des Bleus, a encore frappé. Peut être même son plus beau numéro de provocateur depuis sa nomination en 2004… Le 20h de Laurence Ferrari a été le théâtre du show Domenech: liste de 30 joueurs alors qu’on en attendait 23, cadres et stars oubliés, novices appelés.

Pour le quotidien L’équipe, « Domenech est resté sur la même ligne de conduite dans ses explications, comme à son habitude vague ».

« Les coups de fusil de Domenech »

Ben Arfa est le seul survivant de la génération dorée des joueurs nés en 1987, comme Nasri auteur d’une saison plus qu’aboutie à Arsenal, Benzema le « galactique » ou encore Ménez, encore en lice pour le Scudetto en Italie. Ils sont victimes selon le sélectionneur de « différents critères,pas toujours visibles ». Pour L’equipe, cette liste rallongée « ne fait qu’accentuer l’importance des absents ».

Pour Football365, notre Raymond national « avait promis des coups de fusil, et il a tenu parole, avec une belle rafale de mitraillette pour les Vieira, Nasri et Benzema ».

L’absence du « grand Pat » semble la plus logique au vu de son état physique et des ses performances en dents de scie, mais pour l’interessé, plus que le fond, la forme employée le dérange. Il souligne en effet « un manque de tact, de classe » de la part de son bourreau. A propos de Benzema et Nasri, Le site internet Football 365 pointe un problème relationnel, mais pas sportif. Ces deux là paieraient au prix fort leurs comportements discutables en bleu. Le même média parle clairement de « gachis, au moment ou la France renouvelle son équipe ». pour Le Figaro, Domenech reste un « expert dans l’art du contre pied ».

« M’Vila ne regardais même pas la télé »

Le Monde se penche sur les surprises de Raymond. Le jeune M’Vila « ne regardais même pas la télé ». On l’excuse. Comment s’y attendre après une saison prometteuse mais discrète en ligue 1 à Rennes? Landreau, heureux de son retour, est déjà craintif de revivre l’expérience de l’éviction de dernière minute en hélicoptère connue en 2008, « des moments qu’on oublie pas »… Libération titre ce matin: « Mondial, à quoi joue Raymond? » après le « non événement de la liste des 30 ». Le quotidien voit ici « une nouvelle provocation d’un homme qui se sait déjà viré ».

« Maradona plus fort que Domenech »

A l’étranger, notre cher Raymond, malgré son coup de provoc’, passe inaperçu. La faute à Dunga, le selectionneur du Brésil, qui se prive de Ronaldinho et Pato, et surtout à la légende Diego Maradona qui vire carrément ses cadres Cambiasso et Zanetti.

Pour la Gazzetta Dello Sport, « Domenech fait marche arrière » après avoir par le passé annoncé qu’il ne voulait plus revivre la scène de l’hélico. Le Corriere Dello Sport fait un focus sur les non sélectionnés. Le chiffre: ZERO, comme le nombre de joueurs français évoluant en Italie retenus par Domenech. Parmi ceux ci, on trouve Mexes, Trezeguet, Frey, Flamini et Ménez, qui évoluent dans les plus grands clubs italiens et qui sont de vrais stars de l’autre coté des Alpes.

Raymond Domenech imite Aimé Jacquet, qui par le passé s’était privé de talents tels que Papin, Ginola ou Cantona, le King de Manchester. Pour le même résultat?

1 commentaire

Classé dans Non classé

« Régionales italiennes, La revue de presse »

La vague rose des élections régionales françaises n’aura pas franchie les Alpes. En Italie, la droite reprend quatre régions à la gauche, dont le Piemont (Turin) et le Latium (Rome). La Lega Nord obtient de très bons résultats et ne cesse de prendre de l’ampleur au sein de la coalition de droite menée par Silvio Berlusconi.

Voici les unes des journaux italiens au lendemain de ce scrutin:

"Berlusconi et Bossi s'envolent"

"La droite gagne grâce à Bossi"

"Berlusconi et Bossi l'emportent"

"Un pays fatigué"

"L'Italie n'est pas la France"

"Quel plaisir!"

En Italie, Le Corriere della Sera annonce les résultats de l’élection de façon assez objective, ce qui n’est pas le cas des autres quotidiens. Il Giornale titre « Berlusconi et Bossi s’envolent » et explique aux lecteurs que les italiens ont ainsi « décerné un prix » au « bon gouvernement » en place. Libero titre simplement « Quel plaisir! » et nous rappelle que la droite gagne alors qu’elle était « donnée pour morte ». La Stampa met l’accent sur le « boom » de la Lega et le gain du Piemont par le leghiste Cota, sans oublier la suprématie de la Lega sur le Pdl (peuple de la liberté) de Silvio Berlusconi en Vénétie. La Reppublica n’attribue pas la victoire au président du conseil mais seulement au « Senatur », Umberto Bossi, sans qui, d’après le quotidien, la droite n’aurait pas remporté ces nouvelles régions. L’Unità se focalise sur la forte abstention dans une Italie « fatiguée ». Liberazione titre « L’Italie n’est pas la France », car  cette fois ci la forte abstention ne profite pas à la gauche.

En France, le quotidien Le Monde parle du « triomphe de la Lega ». Pour Le Figaro, Berlusconi  remporte les éléctions alors qu’il était annoncé perdant et en chute libre depuis ses déboires avec la presse.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

« La Francia non vota per le regionali »

Dopo il primo turno delle elezioni regionali , si puo già tirare delle conclusioni sui comportamenti politici dei francesi.

« Le elezioni regionali non interessano i francesi. »

Il vero vincitore delle elezioni è stato il partito dell’astensionismo, che ha raggiunto la strabiliante percentuale del 54 per cento. In effetti, la cosa più evidente é che la Francia non è interessata da queste elezioni, e alle urne solo il 46 per cento dei francesi è andato, domenica scorsa. Un famoso giornalista e saggista  francese, Eric Zemmour, ha dichiarato lunedì mattina : « Regionali : la Francia se ne sbatte !». Una grande parte dei francesi non conosce nemmeno il nome del présidente della sua regione, e non sa come funziona una tale amministrazione.

"impulso della sinistra, astensione record" Figaro

"Astensione, Fronte Nazionale, la frattura francese" Libération

« La Francia delle regioni sarà ancora rosa – Un voto anti-Sarkozy ? » Partito socialista 29%, Maggioranza presidenziale 27%.

"L'avvertimento" Le Parisien

La Francia punisce il présidente ? Questo non sembra tanto sicuro. La sinistra presiede già  quasi tutte le regioni francesi (solo la Corsica e l’Alsazia sono a destra). In 2004, la sinistra era già il grande vincitore di queste elezioni regionali, ma conosciamo tutti  i risultati delle elezioni seguenti : la presidenziale di 2007 e le europee di 2009 in cui la destra ha vinto facilmente. Quindi non bisogna tirare conclusioni nazionali nell’ottica delle presidenziali di 2012, anche se la fiducia dei francesi nel governo non è ottima.

« Rinascimento del Fronte Nazionale, Europe Ecologie conferma e Bayrou fa fiasco.« 

Jean Marie Le Pen è ancora vivo ! Il leader del Fronte Nazionale, il partito nazionalista, raggiunge il 14 per cento a livello nazionale e il 22 per cento nella regione PACA dove è il candidato del partito.

Daniel Cohn Bendit ed Europe Ecologie confermano i risultati ottenuti alle elezioni europee di 2009. Questo nuovo partito « verde » ripresenta la terza forza nazionale e,cosi, occupa une posizione strategica importante a sinistra.

François Bayrou, il présidente del MoDem (Movimento Democratico) è la vittima della sua strategia vaga, « né a destra né a sinistra », è ha perso la speranza di poter’ essere una scelta credibile con il suo piccolo 4 per cento a livello nazionale.

Il secondo turno dell’elezione si svolgera il 21 marzo, e la Francia sara sicuramente tutta rosa, o quasi. L’UMP di Sarkozy non darà un senso nazionale a questo risultato e il PS non avrà trovato suo leader per 2012, e la lotta interna sara ancora più forte tra Aubry, Royal & co dopo loro successi individuali.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

« Burqa et identité nationale ne laissent pas l’Italie indifférente »

« La France n’a pas trouvé de réponse à la question de l’identité nationale voulue par le président Sarkozy ». Il Giornale,  le quotidien italien pro Berlusconi tire ainsi les conclusions du débat sur l’identité nationale en France. Le journal de centre droit affirme que ce débat est une « défaite politique et idéologique de premier ordre » pour la patrie des droits de l’homme, peut être à cause des divergences entre « une droite nationaliste et une gauche pro immigrés ». En effet, selon Il Giornale, la gauche française accuse ses rivaux de vouloir stigmatiser la population musulmane de France. De plus, on pouvait lire également dans cet article qu’ Eric Besson avait été contraint de démentir officiellement sa supposée conversion à l’Islam, alors qu’il projetterait d’épouser sa compagne, Yasmin Tordjman, parente d’Habib Burghiba, le président de l’indépendance tunisienne. Il Giornale, dans un autre article, celui ci au sujet de la burqa, titrait « Copions la France qui dit non à la burqa ». La droite italienne souhaite imiter la droite française et est confrontée à l’opposition ainsi qu’à Gianfranco Fini, le président de la chambre des députés et membre du Peuple de la liberté (PDL), le parti de Silvio Berlusconi. Ainsi, Pour il Giornale l’Italie prend du retard au sujet de la burqa « à cause de la gauche et de Fini. »

« Idendité et Burqa,rien ne va plus »

Pour Il Foglio du 4 février, la France est « divisée » autour du débat sur l’identité nationale et l’interdiction de la burqa dans les lieux publics. Dans l’article « identité et burqa, rien ne va plus » Il Foglio fait état des divisions au sein même des partis politiques français et relate l’épisode durant lequel Eric Besson a refusé d’accorder la nationalité française à un musulman faisant porter le voile intégral à sa femme, une française.

La Repubblica du 5 fevrier dédiait un article intitulé « la candidate trotskiste voilée fait scandale en France » à propos de la candidate Ilham Moussaid représentant le NPA aux élections régionales dirigé par Olivier Besancenot. Le quotidien italien la proclame « porte drapeau de l’islamo gauchisme » français, et rappelle que ce choix a été critiqué par tous les partis politiques transalpins, gauche comprise. Au sujet du débat autour de la burqa en France, Giampietro Martinotti, le journaliste de La Repubblica souligne le problème de la question de la burqa, c’est à dire la stigmatisation de la population musulmane française à cause de seulement 2000 burqa.

« La France s’est réveillée avant nous »

« La France s’est réveillée avant nous » titrait La Padania du 28 janvier dernier. « Sarkozy nous montre comment faire » car « la burqa ne sera jamais la bienvenue en Europe » affirmait le journaliste de La Padania chiffre à l‘appui, car 71% des italiens seraient opposés au port de la burqa, selon un sondage italien. Cet article offrait aussi une tribune au ministre des affaires étrangères du gouvernement Berlusconi,  Franco Frattini qui déclarait ceci : « le fait de se voiler complètement est un signe fort qui marque la volonté de ne pas s’intégrer. »

Massimo Nava, le correspondant du Corriere della Sera à Paris, nous livrait, dans l’édition du 27 janvier, une analyse plus détaillée concernant le débat autour de la burqa en France. En effet, l’ensemble des partis politiques français et l’opinion publique sont sur la même longueur d’ondes au sujet du problème posé par la burqa (droits des femmes, éthique…), cependant le problème réside dans le fait d’établir ou non une loi l’interdisant. Les avis des responsables politiques français divergent alors concernant l’application de cette éventuelle future loi prohibant le port de la burqa dans les lieux publics. L’UMP et son président du parti à l’assemblée nationale, Jean François Copé sont pour l’application d’une telle loi. Au PS, Martine Aubry dénonce  « une loi de circonstance » contraire au principes de la constitution. Chez les Verts Cécile Duflot déclare que « la burqa la choque en tant que femme », mais avoue qu’elle ne sait pas comment résoudre le problème. Le PC, d’après  M.Nava se préoccupe surtout de ne pas rendre plus difficiles ses rapports avec l’Islam et les musulmans de France. Le FN est également opposé à une nouvelle loi car d’après JM Le Pen, « il suffirait de suivre la loi et l’ordre public déjà en place qui interdisent de circuler de manière masquée ».

1 commentaire

Classé dans Non classé